2 ottobre 2015, Globalizzazione ed Europa

Eglise catholique et FN, une conviction non négociable

di Guillaume Goubert

Faut-il accepter de parler avec ceux dont on combat les idées ? Telle est, au fond, la question que pose aux catholiques l’invitation de Marion Maréchal-Le Pen à une université d’été du diocèse de Fréjus-Toulon. On peut répondre à cette question par la négative : une telle invitation offre une caution d’Église à un parti dont le discours est, sur des points importants, incompatible avec les convictions chrétiennes. C’est la raison pour laquelle jusqu’à aujourd’hui, les institutions de l’Église catholique ont évité tout contact public avec les responsables du Front national.

Le diocèse de Fréjus-Toulon a décidé de rompre avec cet usage, en invoquant le fait que Marion Maréchal-Le Pen est une élue de la République, que son parti est légal et qu’il a un poids important dans l’électorat, spécialement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ceux qui ont invité l’élue de la 3e circonscription du Vaucluse ajoutent qu’aucun parti politique n’a un programme tout à fait conforme à ce qu’affirme la doctrine sociale de l’Église. Sur ce critère, aucun dialogue ne serait alors possible avec qui que ce soit.

Sauf que le Front national pose un problème particulier. Au fil de son histoire, plus sans doute qu’aucun autre, ce parti a cherché à s’affirmer comme favorable aux valeurs du catholicisme. « Le FN a certainement la doctrine politique et sociale la plus proche du programme social de l’Église », déclarait par exemple Jean-Marie Le Pen en août 2007. Parce qu’elle met en avant son appartenance catholique, la députée du Vaucluse se situe aujourd’hui dans cette filiation.

En l’invitant à son université d’été, le diocèse de Fréjus-Toulon prend dès lors le risque d’accréditer l’idée d’une proximité entre le FN et le catholicisme. Il est donc de première importance de réaffirmer qu’il y a des convictions non négociables pour les catholiques. L’une d’entre elles porte sur l’accueil de l’étranger. Et il faut que cela soit dit samedi à la Sainte-Baume en présence de Marion Maréchal-Le Pen.

(“Le Croix”, 27 agosto 2015)

Lascia un commento

 

 

Visitatori

  • 516442 visite totali
  • 27 visite odierne
  • 1 attualmente connesso